Archives par mot-clé : neige

L’IPARLA -1044m- PAR LE COL D’IPARLA EN HIVERNALE.

Les crêtes d’Iparla font parties de ces randonnées que l’on oublie pas dès lors qu’on les a gravies au moins une fois dans sa vie. On les devine même en empruntant la route qui mène à Saint Jean Pied de Port à hauteur de Bidarray, mais  en bifurquant vers Saint-Etienne-de-Baigorry et en atteignant le quartier d’Urdos, la longueur et la hauteur de ce sommet dressé là devant vous, impose du respect et cette envie, cette impatience de les gravir…

IPARLA

IPARLA2

L’approche du sommet se fait dans un premier temps dans la forêt où l’on rejoint une crête en empruntant un petit col puis en poursuivant cette même crête au moment où l’on atteint une borde au toit neuf, c’est le moment de rejoindre à flanc le pied du col d’Iparla.

IPARLA9

Même si cela n’y paraît pas à première vue, cette traversée  est déjà exposée à de fortes pentes qui demandent de bien choisir son passage car bien évidemment la sente que l’on emprunte habituellement est recouverte de neige. C’est le moment de s’équiper des crampons à neige!

IPARLA8

Petit à petit lorsque j’approche, j’entends les stalactites de glace qui se décrochent avec le soleil dans la falaise, ce qui n’est pas sans vous surprendre et vous interpeller sur la suite des évènements. Surtout qu’arrivé au pied de la pente, je distingue les avalanches des jours passés…

IPARLA5

Je sais pertinemment que cet itinéraire comporte des risques, c’est par cela que je suis en partie attiré. Il est cependant nécessaire de toujours rester humble devant la Nature, que ce soit la mer ou la montagne. Les tragédies que l’on entend chaque années sont bel et bien là pour nous le rappeler… On ne peut commencer à apprécier tout ces instants, tout ces paysages, qu’à partir du moment où l’on a compris que l’on est rien face à la Nature.

Cet itinéraire enneigé ne s’adresse par exemple qu’à des randonneurs confirmés en évitant de s’y aventurer seul.

IPARLA6

 

Le silence règne en maître et s’adapte parfaitement à la concentration que l’itinéraire nécessite.

IPARLA10

De suite la pente devient très raide et je m’oriente vers la gauche où la neige a été moins longtemps exposée au soleil. En effet les chutes de neige ont été importantes, mais ces pentes étant recouvertes d’herbe, le danger est d’autant plus important qu’il est primordial d’emprunter ces passages tôt le matin! Et cela pour ne pas rajouter plus de danger où il y en déjà…

La preuve en est quand je constate que le beau temps des jours passés à déjà commencé à provoquer des cassures en haut de plaques, phénomènes déclencheurs d’avalanches.

IPARLA7

L’effort est intense dans des pentes aussi inclinées mais l’occasion ne se représentera peut être pas d’aussi tôt!

IPARLA11

IPARLA12

IPARLA13

Comme à l’habitude, je me réjouis de choisir l’endroit où je passe, avec en plus, grâce à la neige,  cet aspect visuel éphémère de notre passage…

IPARLA14

Ayant progressé toujours à l’ombre, je dépasse le col, où certaines personnes se sont aventurées à l’entrée, plus plate, pour contempler la beauté des lieux et de ce couloir réputé  pour ses pentes raides.

IPARLA15

Cette partie ombragée est particulièrement difficile car remplie de poudreuse où la difficulté de chaque pas est trois fois plus importante que sur de la neige dure. Mais bon personne ne m’a forcé donc j’apprécie aussi beaucoup ces moments.

Enfin en rattrapant la crête pendant quelques minutes, je distincte le sommet où je serai seul pour une fois pour manger car d’habitude l’Iparla est particulièrement fréquenté. Il ne me restera plus qu’à terminer ma boucle par un itinéraire plus classique mais pour autant tout aussi magique et magnifique que je vous présenterai prochainement!

IPARLA4

 

 

ASCENSION DE L’AUTZA -1306M- DEPUIS LE VILLAGE D’ERRATZU.

Ces dernières chutes de neige à basse altitude furent l’occasion pour tous les adeptes de randonnées en raquettes, de se faire plaisir et de faire des sommets proches de chez nous avec de la neige à basse altitude et une importante couche de neige  à partir de 1000m.

Du coup les paysages et les reliefs que l’on aperçoit tout au long de l’année ont alors un autre visage, d’autres courbes, d’autres couleurs et nous invitent à les marquer de notre emprunte éphémère…

En arrivant au col d’Otxondo -632m-, au dessus d’Urdax, le panorama de la Vallée du Baztan qui s’offre à nous est à couper le souffle, il ne reste plus au randonneur qu’à choisir le sommet qui ce jour là lui fait le plus envie!

AUTZA20
L’Autza tel qu’on l’aperçoit en descendant du col d’Otxondo, terre de Navarre.

Et ce jour là ce fût l’Autza, que j’avais déjà gravit en partant du col d’Izpéguy. Toujours avec ce besoin d’improviser son  départ, son itinéraire, le choix des sentiers empruntés, rattraper les crêtes qui vous invitent à les fouler, faire des pas d’escalade par-ci par-là, bref pour résumer se sentir libre, faire ses choix au moment présent comme on le sent. Un sentiment qui nous échappe parfois dans notre quotidien…

AUTZA19
Le magnifique village d’Erratzu que l’on traverse pour rattraper le col d’Ispéguy.

En sortant du village d’Erratzu, il faut prendre une route sur la droite qui finit en cul-de-sac et choisir le sentier juste en face de soit qui sépare l’accés à deux fermes. Je traverse un champs, en prenant bien soin de toujours refermer le portail, tout comme je l’ai trouvé!

Pour la suite vu la configuration de l’Autza, la pente est très raide jusqu’au sommet  donc j’ai choisi d’emprunté la forêt de hêtres puis les pentes les plus à l’ombre car en ce milieu de journée il n’y a pas de vent et la neige et molle, l’effort et d’autant plus dur qu’il s’apparente à marcher dans du sable. Au retour je n’aurai plus ce problème puisqu’un vent glacial aura transformé la neige molle en une neige dure, beaucoup plus agréable pour faire des raquettes.

AUTZA5
Trouée dans la forêt de hêtres.

Lorsque je me retourne je regarde du côté de la Rhune et le panorama qui s’offre à moi est de toute beauté!

AUTZA11

 

AUTZA7
Du Gorramendi à gauche jusqu’à l’Artzamendi tout à droite.

AUTZA8

Je rejoints la crête sommitale qui depuis quelques années et le terrain de jeu de personnes qui s’amusent à redresser un maximum de pierres, peut être une centaine! Avec l’épaisseur de neige c’est moins flagrant mais on les distingue quand même!

AUTZA6

 

AUTZA17

 

Enfin on aperçoit la borne et je rattrape un accès plus pratiqué puisque des gens ont déjà fait le sommet durant la matinée. L’aspect de la borne est bien représentative du froid qu’il règne au sommet Le temps de prendre quelques photos, identifier les pics les plus proches et rapidement redescendre pour se réchauffer en marchant!

AUTZA9

AUTZA3
La borne avec au premier plan l’Alkurruntz et au fond la Rhune.
AUTZA16
L’éperon d’Harrigorri où l’on distingue la trace du chemin provenant du col d’Ispéguy.
AUTZA12
Un moment succinct pour photographier les Pyrénées…
AUTZA15
Le Jarra au dessus de Ossés.
AUTZA10
En direction de Saint-Etienne-de-Baigorry.
AUTZA13
Vers Pampelune avec le magnifique plateau du Beriain.

La descente et très agréable, toujours tout seul, on ne se lasse pas du paysage…

AUTZA4
Le Legate à droite et au centre sous le plus gros nuage, le Mendaur.
AUTZA14
Les crêtes d’Iparla.
AUTZA8
Départ de l’ascension de l’Autza depuis le col d’Ispéguy

Après une longue pause aux abords d’une borde et de ses chênes centenaires, retour à la voiture, et visite d’Erratzu, photos que j’aurai l’occasion de vous présenter lors d’un autre article.

J’espère encore une fois que ces photos vous donneront l’envie de sortir de chez vous et de découvrir ces endroits à 1h de Bayonne, des endroits uniques et magnifiques.

 

 

DÉCOUVREZ LES RANDONNÉES EN RAQUETTES

Le Pays Basque a la particularité de nous offrir de fortes chaleurs et des chutes de neige en montagne  en hiver a quelques mois d’intervalle,  mais qui s’en plaindrait ?!

hirondelle
Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) Image LPO.

La même semaine où le LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) signale l’arrivée des premières hirondelles sur notre territoire, ce lundi matin tous les sommets du Pays Basque sont recouverts d’une couche conséquente de neige qui atteind 10 cm à 600 mètres d’altitude.

LATHREE
Lathrées clandestines (lathraea clandestina).

Les premières fleurs sortent à peine en prémice des beaux jours, que l’hiver repasse devant ! Et lorsque la neige apparaît à cette altitude là, c’est que les montagnes Basques sont devenues un énorme terrain de jeu pour s’initier à des sports que nous pratiquons rarement, c’est le cas de la randonnée en raquettes.

DSC_6410
Eperon d’Harrigorri vue d’en bas.

Lorsque l’on parle de faire des raquettes, on pense de suite à Iraty, à la vallée d’Aspe ou d’Ossau, et du coup on oublie que l’on peut pratiquer ce sport à moins d’une heure de Bayonne.

2PERON
Eperon d’Harrigorri vue d’au dessus.

Le côté éphemère de cette neige donne une note d’exclusivité à ces sommets si familiers. Aujourd’hui vous faites une randonnée en raquettes, dans un jour la pluie ou le vent de sud aura tout balayé ! Et si le lendemain d’une telle journée on se retrouve au bord de la mer, alors les images de paysages enneigés défilent, au son des vagues, au goût des embruns… Quel privilège !

congeres
Congères prés du sommet. Combinaison de vents forts et de chutes de neige importantes.

La pratique des raquettes s’adapte à toutes les conditions physiques et nécessite peu de matériel. De bonnes chaussures de randonnée, des bâtons, télescopiques de préférence, et des raquettes toujours plus légères. Un système tout récent offre une nouvelle position en descente où désormais le talon ne bute plus au niveau de la raquette mais vient se planter directement dans la pente, ce qui a pour résultat  de limiter ou éviter toute glissade dés qu’il y a trop de pente.

Durant cette activité on est vite séduit par la beauté  des paysages. Dans un silence les plus total on observe des traces d’animaux dans la neige, se demandant à qui elles peuvent bien appartenir, tout est calme, on ne pense alors plus à rien.

SEUL2
Quel bonheur de faire « sa » trace dans un immense espace vierge…

Cependant ce sport n’est pas sans danger et la présence  d’un professionnel comme un accompagnateur moyenne montagne est indispensable, ou d’une personne « montagnarde » qui maîtrise les terrains enneigés, car tout comme le ski hors piste ou le ski rando, les randonnées en raquettes sont soumises aux risques d’avalanches. Vous trouverez toutes les informations du niveau de risque d’avalanches  grâce à une météo montagne sûre. Le primordial étant tout comme au ski d’avoir une assurance adaptée à cette pratique.

BEHOR
Forêt d’Iraty, au fond le Behorleguy.

Dans trois mois nous serons déjà en maillot de bain à la plage, alors partez à la rencontre de la neige, des bons moments et des sourires qu’elle procure, avant qu’encore une fois, elle ne disparaisse.

SPECTACLE HIVERNAL

Titanesque, majestueux, Gigantesque ou encore superbe sont autant de superlatifs que nous pouvons donner aux images de nos balades hivernales au Pays Basque en ce week-end de février.

falaise hegoalde
Vague projetée à 60m de hauteur

La tempête Ruth nous a offert un spectacle rare sur la côte Basque avec une houle très puissante. Beaucoup de tempêtes se sont succédées ces dernières semaines dans notre région;  Toutes ont laissées derrière elles un grand manteau blanc sur nos montagnes ou encore des souvenirs plus ou moins joyeux en développant leur puissance sur nos côtes et cours d’eau.

falaise-hegoalde-IV

Malgré les dégâts causés par cette dernière tempête du 08-09 février 2014 nous voulions mettre en avant la beauté des paysages et des situations que nous pouvons vivre. Une balade au Pays Basque, même hivernale, nous promet bien des surprises, une façon de sortir des sentiers battus et d’apprécier ce pays si vivant.

Crêtes

falaise-hegoalde-II

Ocean-tempete